S'identifier

Visiteur (groupe Anonymes)
pourquoi s'identifier ?

 

Difficultés rencontrées pour faire vivre et gérer la collaboration

Par isabelle • Défrichage • Jeudi 23/11/2006 • 65 commentaires  • Lu 6920 fois • Version imprimable

Je rapporte ici quelques bribes de commentaires de chez V2V concernant des difficultés rencontrées par certains d'entre nous à gérer ou faire vivre nos blogs collaboratifs. Il pourrait être intéressant d'y réfléchir plus largement ici.
Dixit Jo en parlant d'un de ses sites : "me semble mort, à moins d'un miracle... j'ai peur de n'avoir pas su m'y prendre ;-[" .
Dixit JLB à propos de problème de modération chez leblase.net : "Sur un blog personnel, on le traite "personnel", on reste encore chez soi, même si on blogue en pleine lumière et exposition. Sur un blog collaboratif, il faut tenir compte du collectif, on ne peut décider isolément d'exclure quelqu'un (même si, par expérience, on sait ce qui va se passer) mais le troller est souvent doublé d'un manipulateur qui est capable de jouer plus ou moins subtilement sur les cordes sensibles des uns et des autres."
Dixit me :"la gestion de la liberté commune de parole sur nos blogs est si important qu'il ne peut juste y avoir une réponse technique de la plateforme"
sujets de discussion à lancer donc, de façon collaborative ;-)

Commentaires

La traque des collabos.. par leblase le Jeudi 23/11/2006 à 21:02

leblasepointmachin est mon premier blog perso.
Je n'avais avant celà participé qu'à des intranets et des blogs collaboratifs.
Presque toujours dans cesexpériences vécues dont certaines toujours actives -mais plus faciles parcequ'aux USA où la culture de collaboration non-pyramidale est plus répandue-, j'ai remarqué qu'une personnalité s'imposait au point où elle devenait de facto taulière, les autres ayant (comme dans la vie du dehors) tendance à se diviser entre ceux qui n'osent pas, ceux qui diront n'importe quoi pour satisfaire leur ego, ceux qui interviennent rarement mais avec lucidité et qualité, et toute la masse attentive qui, si elle n'est pas régulièrement abreuvée, ira dnas un autre bar.
Bref, il faut qu'un blog collaboratif dispose d'une personne dotée du talent ou du savoir-faire d'animateurtrice afin de faire grouiller la bassine.(j'ai pas dit marmite hein me faites pas dire marmite j'ai pas dit marmite)


Re: La traque des collabos.. par isabelle le Vendredi 24/11/2006 à 00:30

isabelle blase,
ceux qui essaient d'intervenir assez souvent, sans que cela soit toujours avec lucidité et qualité, mais non plus sans vouloir satisfaire leur égo, trouveront-ils grâce à tes yeux place dans cette liste ?

Pour ce qui est de faire grouiller la bassine,

je ne vois alors qu'une solution !


Re: Re: La traque des collabos.. par leblase le Vendredi 24/11/2006 à 14:17

Pouhhh
Pour grouiller, ça m'a l'air de grouiller!
Mais qu'on ne me raconte pas que c'est une bassine: c'est visiblement une marmite...Heu, dis, Jo: ça serait pas une marmite collaborative;-)?
Pour te repondre franchement, Isabelle, un des aspects positifs -dans le cadre de collaboration- de l'internet est justement cette absence de corps: elle permet une tolérance que nos réflexes reptiliens (ne pas pouvoir "sentir" quelqu"un) obèrent souvent dans la vide du dehors.
Donc, il y a dans un sens de la place pour tous, sauf pour ceux qui essayent quoiqu'il arrive, pour des tas de raisons remontant à Mathusalem (leur enfance), de rompre sans cesse le fil. (et je ne fais pas forcément référence au trollisme circonstanciel qui plomba mon shplouk).
Je retiendrai qu'il faut parvenir à faire participer le maximum de gens; qu'il faut avoir la présence d'esprit et l'équanimité pour être capable de percevoir les trésors cachés sous les propos parfois cntorsionnés de ceux qui n'ont pas eu le droit à la parole -ou ne se le sont pas donnés.


Re: La traque des collabos.. par Jo le Vendredi 24/11/2006 à 02:24

J'ai envie de ne retenir qu'une chose :

"comme dans la vie du dehors"


Re: Re: La traque des collabos.. par isabelle le Vendredi 24/11/2006 à 02:40

isabelle jo,
j'aimerais bien que tu nous dises en quoi tu as l'impression de n'avoir pas su t'y prendre pour ton blog "à moins d'un miracle". Nos erreurs nous apprennent toujours beaucoup. Enfin, seulement si c'est pas indiscret de te demander ça.


Re: Re: Re: La traque des collabos.. par Jo le Vendredi 24/11/2006 à 03:31

Disons que c'est effectivement difficile d'en parler sans expliquer la teneur du blog en question, et les relations que j'ai avec chacun des intervenants. Je n'y tiens pas.

Mais de toutes façons, je n'attribue pas l'échec de cette expérience à son côté bloguesque.
J'ai un autre problème dans mes tentatives actuelles : je n'ai pas l'expérience des collaborations bénévoles. J'ai des réflexes maintenant bien encrés de gestion de projet dans des cadres professionnels. Même si je m'y applique à tenir compte des capacités, personnalité, statut, compétences, humeurs, position hiérarchique, état d'esprit, génie ou tares congénitales de chacun(e) des intervenant(e)s, il reste que ce sont des gens qui sont payés pour fournir un travail. Et il y a des techniques appropriées pour avancer dans ce type de contexte.

Avec des collaborateurstrices bénévoles, je suis souvent prise au dépourvu. Ou bien je prends des options sur des bases théoriques qui se révèlent plus ou moins bidon au fil de l'expérience. J'ai l'impression de perdre beaucoup de temps et d'énergie ensuite pour redresser la barre... quand je me rends compte de la dérive, ce qui n'est pas toujours le cas...
Bref, je ne saurais dire si c'est plus facile ou pas. C'est simplement différent.
Très différent. Alors, même si je bénéficie parmi vous d'un terrain d'expérimentation et de réflexion d'une richesse incomparable, je merdoie quand même encore pas mal.
Ce qui ne m'empêche pas de trouver ça passionant ni de m'obstiner ;-)


Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par Stephane le Samedi 25/11/2006 à 11:41

J'ai des réflexes maintenant bien encrés de gestion de projet

Des tonnes et des tonnes de documents à écrire avant même de commencer le projet, c'est ça ? ;-)


Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par leblase le Samedi 25/11/2006 à 20:46

;-)

Mais si je comprends bien, Jo aurait au moins six blogs chez VB: existe t'il des forfaits multiblogs, depuis que le VB à vie à €450 n'existe plus?


Re: Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par isabelle le Samedi 25/11/2006 à 22:54

isabelle
VB à vie ! Là ça n'est plus de la dépendance, c'est de l'amour !


Re: Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par jlb le Samedi 25/11/2006 à 22:55


Il y a la formule weblog passion, qui correspond bien à l'esprit de la plateforme. La formule à vie n'a jamais été abandonnée, il vient encore d'en être souscrite une. Stéphane pensait justement à cette occasion qu'il faudrait peut-être à nouveau communiquer sur ce sujet, il pensait notamment à identifier les souscripteurs, une façon de les remercier et peut-être aussi de les inviter à commuiniquer sur leurs motivations. Personnellement je pense qu'il faut que cela corresponde à quelque chose, un projet spécifique, concret, pour la plateforme. Il y a un an et demi, cette formule avait été proposée dans le cadre de la mise à niveau de l'infrastructure serveur. On pourrait peut-être relancer une souscription glamour ?!


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par leblase le Samedi 25/11/2006 à 23:40

Glamour, hein?
Dis, tu serais pas en train de regarder par le trou de la serrure de ta voisine?


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par isabelle le Lundi 27/11/2006 à 08:02

isabelle blase,
depuis que l'inter du palier est éteint, c'est sa seule lumière, il faut comprendre...


Re: Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par Jo le Dimanche 26/11/2006 à 23:17

Au lieu de compter mes blogs (pour lesquels j'ai tout de suite compris que ce serait un abonnement "passion" ou rien), est-ce que tu ne veux pas, steup, développer l'idée de ton paragraphe que je ne suis pas sûre de comprendre (ou sûre de ne pas comprendre ?) .
Steup


Re: Re: Re: Re: Re: La traque des collabos.. par Jo le Dimanche 26/11/2006 à 22:47

waow !
T'as raison, j'ai vraiment écrit ça !
lapsus révélateur tu crois ?


Lien croisé par Visiteur le Vendredi 24/11/2006 à 01:56

Adresse IP des commentateurs visible pour l'administrateur : "ollaboratif, mais ça n'empêche en rien le taulier de garder cet état d'esprit collaboratif. On peut toujours espérer un arrivage inopiné de collaborateurs-trices débarquant d'un multivers ;-). Dis, j'arrive pas à remettre la main sur un lien d'un lieu où on parle des 1% qui portent le site, 10% qui participent etc, et j'aurais voulu le mettre sur mc² pour aller dans ce sens-là." rel="nofollow"


les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par isabelle le Lundi 27/11/2006 à 08:19

isabelle je reporte ici une début de conversation sur V2V essayant de cerner ce que peut être le mode collaboratif :

dixit jlb : "Comme dirait Jo, on est en train de glisser sur le terrain de mc² avec une (remise en) question du statut des sites dits collaboratifs, ceux qui s'affichent comme tels (mais le sont-ils effectivement ? y compris celui que tu cites)"

dixit me : "je crains que la difficulté ne vienne de la différence entre les espérances du créateur d'un site pensant qu'il va réussir à fédérer des troupes et la réalité du nombre de participants effectifs. Quand on se retrouve un peu seul-le à essayer de faire vivre un lieu, c'est vrai qu'il finit par prendre l'empreinte de celui qui le porte à bout de bras. Il devient donc de fait peu collaboratif, mais ça n'empêche en rien lela taulierlière de garder cet état d'esprit collaboratif. On peut toujours espérer un arrivage inopiné de collaborateurs-trices débarquant d'un multivers ;-)."

et aussi :

"Ah, ouf, j'en ai trouvé un, juste pour te détromper : un blog de pros, en mode collaboratif, et pas privé. Dis, je vois pas pourquoi celui que je site ne trouve pas grâce à tes yeux : sur le mois de novembre, le taulier a écrit 16 articles ( il a fait bouillir la bassine) et 8 collaborateurs chacun le sien. J'en veux bien moi de cette collaborativité là ! Bon, oui, je t'entends venir "et la fonction wiki, et l'écriture à plusieurs d'une même page !". Tout le monde n'ouvre pas un blog pour travailler ensemble à un projet, partager ensemble de l'info c'est déjà un début non ? Vois-tu, je n'ai vraiment compris la fonction wiki que quand nous l'avons expérimenté sur mc², même si j'utilisais des renvois vers des pages textes sur asnièresensemble. L'historique, les derniers changements, je voyais pas à quoi ça pouvait me servir sur des pages qui n'avaient pas lieu d'être modifiées par la suite."

dixit jlb : "je connais bien ce site des managers intranet. Gilbert, son initiateur, est un fervent promoteur de la plateforme. De fait, ce site n'est qu'une occurrence "publique" de l'exploitation interne et professionnelle très intensive des blogs qu'a impulsé Gilbert dans ses différentes sphères d'influence. Voir l'article concernant LaSer (Lafayette Service) dans le Journal du Management.
N'empêche : ce site, comme celui de Quotidien durable, m'apparaissent plus comme des sites collectifs, ou collégiaux, sur des thèms définis. En quoi les contributeurs coopèrent-ils et, sous l'angle qui me préoccupe, en quoi l'outil favorise-t'il, voire suscite-t'il, la collaboration entre les participants ? C'est pour le coup un sujet de réflexion pour mc²..."


Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par Pierre Sternberger le Vendredi 01/12/2006 à 11:57

"je crains que la difficulté ne vienne de la différence entre les espérances du créateur d'un site pensant qu'il va réussir à fédérer des troupes et la réalité du nombre de participants effectifs. Quand on se retrouve un peu seul-le à essayer de faire vivre un lieu, c'est vrai qu'il finit par prendre l'empreinte de celui qui le porte à bout de bras. Il devient donc de fait peu collaboratif, mais ça n'empêche en rien lela taulierlière de garder cet état d'esprit collaboratif. ... "

Isabelle, fédérer autour de quoi ? Il me semble que si l'empreinte du taulier est trop forte son souhait fédérateur devient difficile... on retombe dans une de mes conversations précédente qui insistait sur le rôle d'animateur du taulier avec une certaine "relative" transparence... Nous sommes tous les deux des élus du village... Difficile donc...


Re: Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par jlb le Vendredi 01/12/2006 à 17:01

Assumer un rôle d'initiateur, de promoteur et d'animateur d'un site collaboratif doit-il signifier renoncer à s'exprimer ou accepter de s'effacer au profit de l'expression d'autrui ? Pourquoi cet animateur ne pourrait-il pas s'exprimer comme les autres ? De la même façon que sur un site collaboratif le statut de co-administrateur ne doit conférer aucun privilège, il ne doit pas non plus l'en priver, en lui confisquant la possibilité de s'exprimer. La régulation s'opère au niveau du collectif, pas des co-administrateurs.

Guillaume est souvent confronté à ce reproche quand il vient à exprimer son point de vue sur touraineblogs.com mais il ne se démonte pas en rappellant à juste titre, à mon sens, qu'il le fait dans la rubrique Echanges et qu'un metablog comme touraineblogs.com est par essence plurivoque, sans exclusion ni exclusive. C'est de la responsabilité de tous que d'être particulièrement vigilant sur l'observation de ce principe, y compris à l'endroit des co-administrateurs.

De la même façon qu'on ne se réduit pas à une fonction qu'on assume, on ne ne réduit pas non plus à son statut d'élu local, sauf s'il est clairement affiché qu'on s'exprime à ce titre comme vous le faites sur votre blog, Asnières-sur-mon-blog - et je trouve cela très bien. En revanche, quand je découvre vivre Asnieres ensemble, je ne vois rien dans le projet qui se rapporte à un quelconque projet politique, sauf évidemment à étendre le politique à tout ce qui concerne le vivre-ensemble. Je trouve personnellement très dommageable de dénoncer un tel projet au prétexte que son initiatrice est par ailleurs élu local et je suis désolé que de tels projets butent sur ces clivages sclérosants qui n'ont rien à faire ici et qui pourraient même trouver là un moyen d'être dépassés. Là encore, c'est une responsabilité collective.

Je ne prends pas partie, ce n'est pas la question, par contre je m'interroge sur les motifs des uns et des autres et comment nous pourrions surmonter ou éviter ces confusions préjudiciables à tous finalement.

->


Re: Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par leblase le Vendredi 01/12/2006 à 20:58

Je ne connais pas le contexte précis dans lequel vous vous situez: j'ai visité plusieurs fois le blog vivre Asnières ensemble et j'ai sincèrement déploré d'une part que, comme d'habitude, la plupart des gens n'osent s'exprimer ouvertement dans un espace ouvert; d'autre part que de tels blogs n'existent pas systématiquement dans chaque commune.
J'ai moi-même été invité à contribuer à un blog collaboratif dans le cadre d'une expérience du CNRS. Je ne l'avais jamais fait auparavant en France. Les sujets évoqués me passionnaient à des degrés divers mais je me suis pris au jeu.
Très rapidement et à ma grande surprise, le taulier et moi nous sommes aperçus que les autres inscrits ne participaient qu'à leurs propres sujets d'expériences.
Je suis de fait devenu le principal animateur et publicateur d'articles de ce blog qui comptait (et compte encore) environ 20 000 abonnés.
Cette solitude m'a agacé, d'autant qu'elle me conférait un statut que je n'avais pas demandé: celui de taulier, et que la communauté en est venue à considérer que c'était "mon" site.
Ce long préambule pour que vous compreniez ma réaction lorsque vous écrivez:

..."le rôle d'animateur du taulier avec une certaine "relative" transparence"...


Je m'interroge: ne confondez-vous pas les différents rôles d'animateur, taulier et modérateur?
Ces rôles diffèrent bien entendu selon la nature des sites mais s'agissant d'un blog collaboratif, en gros:
-le taulier administre le site, gère son apparence, la disposition des espaces d'intervention, les inscriptions,  corrige les erreurs de placements...
-Le modérateur, comme son nom l'indique, prévient ou intervient les cas de trolls et de sujets répréhensibles et a à coeur de protéger  les visiteurs de toute incitation à la haine, etc
-L'animateur donne la "couleur" du blog, oriente les sujets, discerne et met en lumière les pôles d'intérêt qui lui paraissent les plus à même de coller avec la nature même de ce blog..
Sauf que le rôle d'animateur peut être dévolu à chaque personne inscrite tant que tous ont accès aux mêmes possibilités d'intervention et d'animation que les autres.
C'est donc une question de personnalité.
Ce qui intéresse la blogosphère politique (au sens large) et internaute dans le regard qu'ils portent sur les blogs collaboratifs du genre d'Asnières, c'est cette mise à disposition de la parole selon un système débarrassé des titres et hiérarchies "de situation" ou de rôles; la possibilité de voir s'exprimer besoins et craintes, ainsi que de voir naître toutes sortes de propositions qu'il devient possible de débattre en temps réel.
Quel outil fantastique pour les élus dynamiques de pouvoir enfin entendre ceux qu'ils représentent sans se sentir en danger d'être dépouillés de ces fameux rôles auxquels certains vienent à tenir plus qu'à la fonction et aux devoirs qu'ils impliquent!
 


Re: Re: Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par Pierre Sternberger le Samedi 02/12/2006 à 10:51

CQFD Leblase j'aime beaucoup votre commentaire parcequ'il répond exactement à mes questionnements. Comme vous savez je "tauliérise" 2 blogs différents l'un personnel et l'autre "Associatif". A mes yeux, l'associatif   marche mieux que le personnel. Ils se veulent tous les deux collaboratifs mais l'un est "mon blog", et là on adhère ou pas, et l'autre est né de la volonté d'un orchestre de faire quelque chose ensemble et chaque membre  à la possibilité d'intervenir à des degrés divers et prédéfinis.

La question est de savoir si un blog personnel peu se décrèter de village.  J'ai collaboré au départ, nous avons reçu la presse comme vous savez, jusqu'à ce qu'un projet de lotissement dans le village nous divise le taulier et moi, je deviens "politiquement incorrect", une réunion de "Viablogistes" sera fera dans le village, je ne suis pas invité... et là je m'arrête parce que la suite est hors sujet sur ce site.

Ce commentaire ne se veut pas une tribune, je n'utilise pas ce site comme "Livre d'Or", je suis vos travaux avec beaucoup d'intérêt mais je n'ai pas votre niveau de technicité que j'admire beaucoup, également celui d'Isabelle d'ailleurs qui malheureusement ne répondra pas à mes commentaires.


Re: Re: Re: Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par guillaume le Samedi 02/12/2006 à 17:04

une réunion de "Viablogistes" sera fera dans le village, je ne suis pas invité...
J'avoue ne pas comprendre. Faites vous référence à la ?

Vous avez été publiquement invité à vous joindre à nous et vous avez publiquement décliné l'invitation...


Re: Re: Re: Re: Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par Pierre Sternberger le Dimanche 03/12/2006 à 01:09

Guillaume, j'aime beaucoup l'esprit qui règne chez Viabloga et j'ai apprécié que Jo me demande si elle me verrait et ma réponse était assez claire je crois... oui c'est vrai, j'ai peut être regretté de ne pas être de ceux qui invitaient... comme ça avait été le cas pour recevoir la presse mais ne refaisons pas l'histoire, il n'y a rien de grave et bravo encore à vous tous !

Bien à vous. 


Re: Re: Re: Re: les pieds dans le plat : ça veut dire quoi pour vous mode collaboratif ? par jlb le Dimanche 03/12/2006 à 09:15

La question est de savoir si un blog personnel peu se décrèter de village.
Effectivement, qu'un blog soit de village cela ne se décrète pas, mais cela signifie aussi bien qu'il n'est pas besoin d'un décret ou, plus simplement, d'une décision municipale pour créer un blog de village. Ce qui le distingue souvent du site "officiel" de la commune, c'est que ces sites coûtent assez cher, mobilisant des prestataires de toutes natures et que, de ce fait, ils exigent une validation sur le budget de la Commune, avec tout ce que cela peut supposer, d'où les inévitables critiques et suspicions sur les motifs et moyens. Avec un blog, nul besoin d'une quelconque autorisation de qui que ce soit, il suffit de l'initiative de l'un ou de quelques uns, c'est avant tout une affaire de positionnement. L'un est le site officiel de la Municipalité, parce qu'il est financé par la Commune, l'autre est un blog de village parce qu'il se positionne ainsi. Mais il reste à l'un comme à l'autre de le devenir effectivement et parvenir à créer une dynamique participatrice. Les démarches ne préjugent pas pour autant du résultat. Il est des initiatives municipales, comme celles de Pfastatt, qui sont exemplaires. Comme des initiatives privées, citoyennes, comme à Venelles.

Ce qui constitue un site de village, c'est l'ouverture à une expression citoyenne comme l'a très bien décrit Leblase :
cette mise à disposition de la parole selon un système débarrassé des titres et hiérarchies "de situation" ou de rôles; la possibilité de voir s'exprimer besoins et craintes, ainsi que de voir naître toutes sortes de propositions qu'il devient possible de débattre en temps réel.
Ensuite, que cela prenne, c'est une mystérieuse alchimie que nous essayons modestement d'observer ici. Il est certain que la qualité des promoteurs y est pour beaucoup, surtout dans la capacité à maintenir l'équilibre entre les 3 axes rappelés par Leblase : dispositif technique (que la parole soit effectivement offerte à tous), régulation (parce qu'il en faut) et animation (pour relancer). Ceci n'est plus cependant de la seule responsabilité de l'initiateur à partir du moment où une communauté est concernée et participe : les tempéraments se révèlent, on peut s'impliquer différemment suivant ses dispositions, sa disponibilité, ses capacités...

Je crois que la plus grosse difficulté, comme cela a été évoqué à plusieurs reprises ici, notamment par Jo, c'est que nous n'avons aucune expérience de la pratique collaborative. Rien, dans la vie, ne nous prépare à cela et de fait nous nous trouvons démûnis et nous sombrons inévitablement dans nos travers de la vie par ailleurs.


Lien croisé par Visiteur le Vendredi 01/12/2006 à 21:54

TouraineBlogs - Droits VS Liberté : Novelli élève le débat : "difficultés rencontrées pour faire vivre et gérer la collaboration : "animateur ne pourrait-il pas s'exprimer comme les autres ? De la même façon que sur un site collaboratif le statut de co-administrateur ne doit conférer aucun privilège, il ne doit pas non plus l'en priver, en lui confisquant la possibilité de s'exprimer. La régulation s'opère au niveau du collectif, pas des co-admin" rel="nofollow"


par Jo le Dimanche 03/12/2006 à 19:21

Je débarque, la bouche en coeur, et m'aperçoit que ça discute sec par ici !

Rien à ajouter aux remarquables développements de chacun d'entre vous.
(Un peu vexée que Pierre ne se souvienne pas de mon invitation du mois de juillet, appuyée par jlb ;-D)

Envie d' "aller de l'avant" et de poursuivre la réflexion sur le thème : et quand ça a foiré, du fait que chacun(e) d'entre nous n'est qu'un(e) pauvre humain(e) plein(e) de travers divers, comment fait-on pour rétablir le dialogue ?


Re: par isabelle le Dimanche 03/12/2006 à 22:26

isabelle j'irais peut-être plus en avant dans le questionnement, avant "comment fait-t-on", je me poserai bien la question "quel statut j'apporte au dialogue lié à telle relation ?" Est-ce vital, nécessaire, faisant partie des obligations sociales, ai-je envie que cette relation soit pérenne, en ai-je besoin ? Les fractures fortes dans le dialogue ne sont-elles pas souvent le témoignage d'un mouvement, d'une évolution dans le positionnement de chacun ? Je ne suis plus le-la même qu'au moment où le dialogue s'est ouvert. Vers quoi suis-je en train de me tourner, cette relation aura-t-elle toujours sa place, un sens dans ce que je suis en train de voir évoluer de moi-même ? Quelquefois, nous préférons laisser en l'état un dialogue mal en point, au fil cassé, que de nous avouer qu'il relève maintenant de ce que nous étions avant la fracture, c'est à dire une part de nous-même qui n'est peut-être plus. Suis-je capable d'accepter que ce dialogue rompu soit arrivé à son terme ? Si la réponse est oui, peut-être ne faut-il pas avoir peur de solder cette relation pour repartir léger-ère et capable de nouer de nouveaux liens en correspondance avec l'évolution perçue. Et suis-je capable d'accepter que l'autre puisse souffrir de mon choix ?
Mais si ce dialogue est vital pour le présent et la suite, alors on arrive à ta question, Jo, "comment fait-on pour rétablir le dialogue ?"
euh, les essais de réponse, ça sera pas pour ce soir !


Re: Re: par Jo le Dimanche 03/12/2006 à 22:46

Excellentes questions, madame du jardinier !
Vraiment excellentes !
You are scotching me !

Mais t'as raison : on va laisser mijoter et voir si quelqu'un d'autre parmi nos interlocuteurs veut s'y frotter.


Re: Re: Re: par jlb le Lundi 04/12/2006 à 04:46

Cela ressemble au joker de Guillaume !

Mais spontanément j'aurais tendance aussi à considérer qu'avant le dialogue il faut rétablir les conditions d'un dialogue, à commencer effectivement par une volonté réciproque d'établir (à nouveau) ce dialogue, ce qui suppose un respect mutuel, l'acceptation des différences, la reconnaissance de la liberté de chacun d'exprimer son point de vue et de contribuer au dialogue (et non de braquer des positions), ce qui implique l'endurance des échanges, être capable d'évoluer et comprendre que l'autre puisse également évoluer, que l'on s'enrichit toujours des échanges sincères...

Un autre aspect important, c'est la confiance, notamment que ces conditions puissent être observées à partir du moment où l'on s'efforce d'établir un tel dialogue. Cela constitue comme une charte de conduite qu'il serait peut-être judicieux de convenir et d'exposer préalablement, ne serait-ce qu'à titre de repoussoir ou de garde-fou, pour éviter les inévitables méprises et dérives. Le dispositif mis en place doit rassurer sur cette volonté d'observer une telle charte de conduite.


Re: Re: Re: Re: par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 11:30

isabelle Le joker de Guillaume ?


Re: Re: Re: Re: Re: par guillaume le Lundi 04/12/2006 à 12:23

J'imagine que jlb fait référence au fait de sortir un joker dans les cas où on préfère ne pas répondre. Ai-je bien décrypté la pensé jlbienne ?

PS : en mettant sur joker un lien hypertexte vers la référence à laquelle il est fait allusion, c'est plus facile pour chacun de comprendre. Et notamment pour les lecteurs qui pourraient tomber ici par hasard et qui pourraient avoir des difficultés à comprendre les private jokes et les références entre initiés : mobylette, quart de Tours, joker, etc...
Puisque l'on parle de la difficulté à se faire comprendre sur le net, je crois qu'il faut se méfier des discussions qui deviennent incompréhensibles pour les non initiés (ou alors il faut ouvrir un blog privé) et que l'abus de liens hypertextes ne nuit pas à la bonne compréhension. Ce que j'expliquais ici.


Re: Re: Re: Re: Re: Re: par Jo le Lundi 04/12/2006 à 13:17

Judicieux rappel, Guillaume.
Fait partie du b.a. ba de la communication en société, pas seulement des pratiques du net.
Nous y sommes tous très sensibles.
Sauf que la tentation est grande, à chaque fois que l'on traite de sujet délicats, sensibles, qui ont l'air "techniques" mais font appel à des choses plus intimes que nous ne voudrions le croire, la tentation est grande de se raccrocher à des signes communs, de faire référence à ce qui s'est déjà passé entre nous et qui nous lie d'une manière ou d'une autre, et qui nous donne l'impression de pouvoir parler en confiance.

Pas évident à gérer.
Mais je te rejoins.
Une grande vigilance est de mise si nous voulons que le plus grand nombre nous rejoigne et nous aide à décortiquer tous ces sujets.

D'ailleurs, Jean-Luc, à propos des liens hypertexte, serait-il possible de changer la feuille de style de ce modèle et de les mettre en gras ou dans une couleur plus percutante ? Je trouve qu'on a du mal à les repérer.


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 14:34

isabelle Oui, jlb, je fais la même demande que la dame pour Noël : des liens pas bruns-marron...
Jo, alors c'était ton joker la photo ?
Moi qui avais cru que tu voulais postuler pour le poste de créatrice des bandes-annonces des pubs de France-Télévision ! Ou que tu cherchais le râteau-feuilles du jardinier.


par Jo le Lundi 04/12/2006 à 14:58

Non, ce n'était pas un joker. Juste une façon de dire : je t'ai lue, entendue, tu m'inspires, mais je ne vais pas répondre tout de suite.
Et cette photo, prise par une gamine de douze ans de mon entourage (à qui je n'ai pas demandé l'autorisation de la publier), me paraissait adéquate : nature, chemin tournant, feuilles éparpillées, perspective entre la main et le paysage, les doigts cherchant à saisir l'insaisissable,... je l'ai appelée "prendre un chemin" et ça me semblait aller avec tes interrogations.
En tous cas avec ce que tes interrogations éveillaient en moi ;-)


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par jlb le Lundi 04/12/2006 à 15:53

Eh, les filles, dois-je vous rappeler que vous avez les mêmes accès que moi, en particulier à la charte graphique ?! La charte actuelle avait été concoctée par Jesabeth car je suis nul en graphisme, polices, couleurs... Donc lâchez-vous et ne comptez pas sur moi, sauf si vous m'indiquez des couleurs je veux bien les mettre en place.

C'est marrant : la photo postée par Jo m'évoquait plutôt un effet boomerang.


Baptême de la css ! par Jo le Lundi 04/12/2006 à 17:44

Là je voudrais qu'on applaudisse des 2 mains, des 2 pieds, des 2 souris, des 2 claviers,...
Je viens de modifier pour la toute première fois une feuille de style.

Pour mettre les liens en gras.
Je l'ai fait en 5 minutes.
Et je suis capable de le défaire !
(parce que tous les liens sont maintenant en gras, pas seulement ceux dans les artiks et ça c'est pas forcément très cool ;-))

(Vraiment, Jo, bravo ma vieille, c'est bien ce que tu fais,...)


Re: Baptême de la css ! par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 17:48

isabelle j'aime bien la couleur abricot pêche des liens vus, mais quand on passe la souris, c'est un peu clair peut-être
jo, t'as raison, c'est épais pour les titres.


Re: Re: Baptême de la css ! par Jo le Lundi 04/12/2006 à 18:16

J'ai pas touché à la couleur !
Juste mis du "bold"...
En fait ça me plait bien comme ça, sauf que les nouveaux commentaires et listes d'articles ont suivi le même chemin et là ça craint !


Re: Baptême de la css ! par jlb le Lundi 04/12/2006 à 17:57

Bravo pour cette première !
As-tu pensé à modifier tout simplement la couleur d'affichage des liens dans la mise en page du modèle ?


Re: Re: Baptême de la css ! par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 18:00

isabelle petit problème, y'a que UNE seule couleur de lien, la pêche. Comment on fait pour changer la marron ?


Re: Re: Re: Baptême de la css ! par jlb le Lundi 04/12/2006 à 19:00

C'est la CSS qui applique un effet de renforcement ou d'éclaircissement de la couleur initiale, suivant qu'il s'agit d'un lien non visité (link), visité (visited) ou survolé (hover). Tu trouves cela après /* Liens dans le modèle. Par contre, ça s'applique à tous les liens, y compris dans les index, je ne sais pas si l'on peut distinguer les liens dans le corps des articles et des commentaires.


Re: Re: Re: Re: Baptême de la css ! par Jo le Lundi 04/12/2006 à 23:55

Voui !
ça je l'avais trouvé toute seule. ;-)
Bon, c'était vraiment trop lourd alors je n'ai laissé le gras que pour les liens non encore visités.

Mais je suis persuadée qu'on doit pouvoir traiter différemment les liens dans les index puisque c'est déjà le cas : les liens vers les index de derniers commentaires et derniers articles deviennent soulignés quand tu les survoles, ce qui n'est pas le cas des liens dans les articles et commentaires. Mais j'ai pas trop le temps de chercher là. :-[

Pour Isabelle : je n'ai pas cherché à changer les couleurs, passkeu le marron va bien je trouve avec cet espèce d'orangé. En plus c'est de saison. Le seul truc qui me chagrinait c'est que les liens insérés dans les articles et commentaires n'étaient pas franchement mis en relief. Si tu te sens de traquer les couleurs...


Re: Re: Re: Re: Re: Baptême de la css ! par isabelle le Mardi 05/12/2006 à 00:39

isabelle Oui, c'est bien comme ça, avec les liens en pêche gras quand on ne les a pas lu.
Comme le marron est lié à cette couleur, je vois pas bien comment y toucher sans modifier l'autre, ce qui risquerait de casser l'équilibre général. Et moi, la css, je ne veux pas y mettre mon nez. Chapeau bas, madame ! Le cambouis, il faut oser... Vois-tu, j'attends tranquillementimpatiemment les modèles glamour

Aillaillaille, quand on clique sur une URL pour faire un lien sans penser à l'ouvrir dans un autre onglet, et qu'on revient à "page précédente" on a perdu tout son comm.

Joli, je vois que ton cheminement dans les arbres continue de t'inspirer ;-)

Oups, ça devient étroit par là, dites donc !


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Baptême de la css ! par Jo le Mardi 05/12/2006 à 15:29

N'exagérons rien non plus...
Disons que j'ai des connaissances qui me permettent de plonger dans n'importe quel code, même jusque-là inconnu, sans trop de difficultés.

Moi aussi, j'attends hermione avec impatience...

Quant à la peinture de schiele, j'avais trouvé cette image lors d'une discussion avec Elle il y a longtemps. C'est étonnant parce que, quand comme moi on a une culture artistique assez peu épaisse, on ne s'attend pas à ça de lui ;-)


Re: Re: Re: Re: Re: Re: par jlb le Lundi 04/12/2006 à 15:43

Non, j'évoquais le jus de fruits, la marque qui se boit, qu'allez-vous chercher ?!

Puisque je suis pris en flag' de ne pas observer une attention que nous avons instaurée ici, je voudrais peut-être nuancer cette position (la mauvaise foi comme issue !).

Je suis bien entendu d'accord avec le fait qu'il faut éviter tout ce qui pourrait laisser penser à un repère d'initiés, un club privé avec un code et des références qui n'appartiennent qu'à eux, qui excluent donc "les lecteurs qui pourraient tomber ici par hasard".

En même temps, le lecteur qui débarque il est conscient qu'il débarque dans une conversation et ce n'est pas lui manquer de respect que de ne pas lui livrer un résumé de la conversation en préalable de chaque nouveau commentaire, même si nous nous attachons la plupart du temps à citer le point que nous entendons commenter.

En l'occurrence, Isabelle ne devait pas être bien réveillée ce matin car le joker en question se rapportait directement au suspens de réponse évoqué dans le fil de discussion imbriqué à celui-ci, et donc tout à fait inscrit dans la conversation actuelle (initiée par Isabelle !). Qu'on me demande d'expliciter mon paradigme, oui, pourquoi pas, je le fais volontiers. Qu'on me reproche de ne pas penser à le faire systématiquement, c'est autre chose !

Les histoires de mobylettes, de quart de Tours, ça ok, c'est du code : cela renvoit à telle ou telle autre conversation, ici ou ailleurs, qu'on doit absolument indiquer, ou ne pas les évoquer. Quand on est dans la conversation, c'est différent : on converse ! Or, cela ne se réduit pas à informer... Guillaume, tu reconnais toi-même un travers professionnel. Je crois qu'il faut conserver raison et ne pas sombrer dans l'autre excès. On ne peut pas me reprocher de converser d'abord avec ceux qui participent à la conversation, sans exclure pour autant qui que ce soit.

J'espère justement que le lecteur qui tombe par hasard ici aura envie d'en découvrir plus, déjà la conversation qu'il prend en cours, et peut-être plus à partir de là, en découvrant les réflexions qui sont conduites. Si ce n'est pas le cas, s'il a le sentiment que c'est de la branlette intellectuelle ou je ne sais quoi, qu'il n'exprime pas, tant pis, je ne vais pas chercher à le convaincre à tout prix de participer. Et cela n'a rien à voir avec un blog privé : personne ici n'est privé de quoi que ce soit, ou il se prive de son propre chef.

Je ne dois pas non plus le décourager, ou l'effrayer, ok...


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 17:27

isabelle Euh, j'étais réveillée ! Non mais des fois, c'est quoi ces supputations masculines sur mes capacités du matin ;-)
J'ai posé cette question parce qu'il m'avait semblé que ce n'était pas seulement cela que voulait dire Jo. J'ai cru deviné qu'elle ne se taisait pas par cette photo, mais au contraire elle en disait bien plus long que ce que ses mots auraient pu dire à ce moment là.
Mon erreur a été de la mettre en réponse au comm de jlb, il aurait fallu que je la mette au comm de jo, mais comme c'était jlb qui parlait de joker... j'ai encore du mal à savoir où ranger les choses dans ce genre de situation. Pouvoir lier la réponse à deux comms à la fois, c'est pas ça que tu voulais, Blase, pour le Noël 2037 ? (Guillaume qui m'excusera ;-), je n'ai pas fait de lien vers cette suggestion de chez V2V parce que je suis incapable de retrouver le commentaire de je ne sais plus quel article où sont lister toutes les divines joyeusetés qui vont transformer Viabloga en plateforme sauveuse de blogosphère...)
Pour en revenir à nos oranges, j'ai donc reposé la question à l'intéressée dont la réponse a confirmé ce que je sentais. Intuition féminine virtuelle. Et TOC les mecs ! ;-)


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par jlb le Lundi 04/12/2006 à 17:44

Quelle succession de kiprokos !
Ouhla, il y a du <strong> dans l'air, elles sont décidées !


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par leblase le Lundi 04/12/2006 à 23:18

..."Pouvoir lier la réponse à deux comms à la fois, c'est pas ça que tu voulais, Blase, pour le Noël 2037 ?"...

Ben ouais, quoi.
Et pas seulement deux comms à la fois.
Et si possible avant ma prochaine réincarnation


Re: Re: par Pierre Sternberger le Lundi 04/12/2006 à 11:39

Isabelle, brillant questionnement, c'est vrai que ce n'est pas simple et je te suis assez bien ici. Juste un petit point, je ne pense pas qu'il faille trop réagir quant à soi-même puisque c'est la différence de points de vues qui doit faire que la collaboration fonctionne de manière intense. S'il faut être consensuel, c'est sur la volonté de faire un outil utile pour les objectifs ou la communauté qu'il vise et non sur les points de vues. Cela tendrait à dériver vers une pensée unique sans intérêt. Suis-je dans le sujet ?


objets et sujets par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 14:17

isabelle

S'il faut être consensuel, c'est sur la volonté de faire un outil utile pour les objectifs ou la communauté qu'il vise et non sur les points de vues.
c'est la différence de points de vues qui doit faire que la collaboration fonctionne de manière intense.

Tout à fait d'accord.

La seule petite difficulté, c'est que la collaboration ne fonctionne pas seulement par des échanges de points de vue, "les objets", mais que ceux-ci transitent entre des personnes, "des sujets" à travers ce qu'on pourrait appeler "un canal", en l'occurrence la relation. Et que chacun des sujets d'un dialogue tient un bout du canal, le sien, et uniquement le sien, qui correspond à son positionnement relationnel personnel. Et qu'en envoyant un objet dans le canal, on envoie aussi une part de soi-même qui va soit vivifier, soit parasiter l'objet. De même quand je reçois un objet, il passe au travers de mon filtre personnel. C'est tout le problème des perceptions, projections qui, pour corser le tout, sont la plus part du temps inconscientes.
Alors oui, on peut et il faut essayer de mieux comprendre la place de l'autre à l'autre bout de la relation, comme tu le dis "je ne pense pas qu'il faille trop réagir quant à soi-même", en essayant de faire les vitres de notre filtre pour qu'il soit le plus clair possible, en essayant de percevoir ce qu'il y a bien pu être projeté de l'autre en même temps que les objets, mais en sachant toujours que ce sera en tenant son propre bout de relation : tu es toi, et je suis moi, et ce positionnement psychique là n'est pas interchangeable. Sinon nous serions des clones et non plus des humains.
Peut-on dans la mise en place d'une relation d'échange faire l'économie du questionnement sur son positionnement relationnel personnel ? Essayer de comprendre par exemple pourquoi on réagit de telle manière dans tel type de relation, ce qu'on est capable d'accepter ou pas dans la façon dont circulent les objets, quel temps, quelle énergie on peut mettre dans l'entretien du canal, si on est à tel moment plus facilement dans un positionnement de don ou plutôt de recevoir, si on est plus à l'aise dans l'apposition ou la confrontation ? Comment peut-on un tant soit peu essayer de comprendre l'autre, si on ne comprend pas ce qui se joue dans notre propre positionnement et comment cela peut influencer notre capacité de dialogue ? Respecter l'autre passe aussi par le respect de soi, de ses propres besoins, de ses propres limites pour ne pas s'engager dans quelque chose qu'on ne tiendra pas. De même, pour l'écoute de l'autre et de soi-même. De même pour ce que jlb évoque au niveau de la confiance : pour donner sa confiance à l'autre, ne convient-il pas aussi d'avoir réfléchi un tout petit peu sur sa propre confiance en soi ?


Re: objets et sujets par Pierre Sternberger le Lundi 04/12/2006 à 17:57

Isabelle, très intéressant et ton approche par objets et sujets est excellente. "tu es toi, et je suis moi, et ce positionnement psychique là n'est pas interchangeable" dis-tu.  Vrai ! nous sommes donc deux sujets très différents qui enverront dans le canal des objets peut être très différents voir opposés ! C'est la synergie de tous ces objets qui fera que sortira, grâce à la haute technicité de viabloga (quelques fleurs au passage) un caneva de projet pour une plateforme comme on se propose de faire. (Jo, c'est moi qu'a dit on ? on dirait Zouc). Le travail majeur a effectuer est sur le canal ! Comment faire pour que tout circule sans exploser dans le canal ! Est-ce possible ? Suis -je dans le sujet ?


Re: Re: objets et sujets par isabelle le Lundi 04/12/2006 à 21:39

isabelle

Le travail majeur à effectuer est sur le canal ! Comment faire pour que tout circule sans exploser dans le canal !
La gageure ne serait-elle pas que ce travail majeur à effectuer le soit à part égale sur les 3 entités : les 2 sujets et le canal ? La façon dont les objets sont envoyés par un sujet dans le canal, chargés d'affect ou pas, positifs ou négatifs, chargés de non-dits ou pas, etc (et donc lié au positionnement relationnel personnel), ne va-t-elle pas fortement influencer la circulation dans le canal, puis la réception, la compréhension des objets et leur assemblage ou pas avec les autres objets en circulation ?
Exemple anodin : objet à envoyer "ne pas faire la mise en page". Premier mode d'envoi "je ne désire pas, je ne peux pas, je ne veux pas" (sans aucune justification à donner d'ailleurs) et rien d'autre dans l'envoi, positionnement de l'envoyeur à sa propre place par le "je", paquet léger. Deuxième mode d'envoi "c'est toi qui fait la mise en page", positionnement de l'envoyeur sur la place du receveur par le "toi", plus ordre, paquet lourd. Résultats : mode 1, le receveur reçoit, comprend, propose une idée et la circulation du dialogue continue pour trouver une solution acceptable par tous. Mode 2 : l'empiètement sur le bout du canal du receveur par le positionnement "tu" ou "toi" plus la charge ajoutée, plus le filtre du receveur dû à l'enfance par rapport à un ordre, fait qu'il refuse le paquet et renvoie une fin de non recevoir qui alourdit encore le paquet en carafe au milieu du canal. Petit à petit, ça se bouche, et ça explose d'autant plus quand arrivent des objets "opposés". Toute ressemblance avec des évènements existants est purement humoristique.
Quand aux objets opposés, partir du principe qu'ils peuvent s'apposer sans être concurrents, parce qu'ils ne sont pas forcément antinomiques, même s'ils le sont à première vue, et que très souvent il existe un plus petit dénominateur commun à partir duquel ils peuvent circuler sans s'écraser, ne pourrait-il pas peut-être aider à ne pas faire exploser le canal ?


Re: Re: Re: objets et sujets par Pierre Sternberger le Mardi 05/12/2006 à 03:29

Isabelle, "Toute ressemblance avec des évènements existants est purement humoristique". Bon temps mieux finalement si on arrive à en    rire  sourire parce qu'elle ne m'a pas semblé très drôle cette affaire asniéro-asniéroise qui doit être replacée dans un contexte de Conseil Municipal qu'il ne serait pas correct de décrire sur mc2. (Eh oui, vous resterez sur votre faim les amis...) Mais ton développement me permet de comprendre ce que tu veux dire et là je dirais que je vais diverger un peu parce que cela amène une réflexion supplémentaire me semble-t-il. Que faire du produit de la collaboration de la plate-forme sur le terrain ? Un programme intéressant va sortir et l'exécutif qui s'en saisira le mettra à exécution avec tous les travers que cela peut comporter. Il me semble que c'est ce travers là que tu décris dans ta fiction humoristique. Me trompeje ? Je déraille ?


Re: Re: Re: Re: objets et sujets par isabelle le Mercredi 06/12/2006 à 00:56

isabelle Ce que je décris dans ma fiction humoristique n'est qu'un exemple pour réfléchir sur le comment et pourquoi la communication peut avoir du mal à fonctionner. C'est vrai "sur le terrain" mais cette prise de conscience du positionnement s'applique tout aussi bien à la communication blogguesque. Et mes réflexions précédentes s'inscrivaient plus largement dans la problématique en cours dans cet article "difficultés rencontrées pour faire vivre et gérer la collaboration" qui pour moi ne limite pas au projet de suggestions pour les municipales, "la plateforme", mais fait partie intégrante de la disposition mc², avec en toile de fond les allocataires 10b à aider dans leurs aventures ViaBlogguesques et qui me tiennent particulièrement à coeur (et pour lesquels j'ai une liste à remanier, complètement en carafe, oups, excuse moi jlb ;-))

Que faire du produit de la collaboration de la plate-forme sur le terrain ? Un programme intéressant va sortir et l'exécutif qui s'en saisira le mettra à exécution avec tous les travers que cela peut comporter
Oui, sans doute, peut-être. Mais comme Guillaume, je n'en suis pas à me demander ce que les différentes équipes municipales feront des suggestions issues des réflexions collaboratives des très nombreux blogs ,-) qui vont se créer grâce à ce qu'on va peut être réussir à initier, mais à espérer que nous allons réussir à mettre le binz sur pied, le tester, le valider et ensuite le proposer à toutes les cités. Pas mal de travail encore donc !


Re: par Pierre Sternberger le Lundi 04/12/2006 à 10:34

Jo, je n'ai pas oublié...  http://mc2.viabloga.com/news/67.shtml#comment_23  mais là est l'importance de la dialectique en matière épistolaire, dire : "vous verra-t-on ?" de mon entendement ne veut pas dire "je vous invite".


Re: Re: par Jo le Lundi 04/12/2006 à 13:41

Pierre,
C'est là, je crois, que vous et moi avons une conception fondamentalement différente de la "collaboration".
Ici, sur mc2, ou sur v2v, ou dans certains autres endroits, personne ne s'arroge le droit ou la primauté d' "inviter".
Isabelle avait effectivement émis une espèce d'invitation, puisque, à son initiative, cela devait se passer chez elle. Mais en dehors de ça, c'était viabloga et mc2 qui "invitaient" quiconque passait par là et estimait pouvoir donner et/ou recevoir lors de cette rencontre.
Ici, je crois, et j'appelle les habitué(e)s et les autres à venir infirmer ou confirmer mon impression, il n'y a pas "ceux qui invitent" et "ceux qui sont invités". Juste des gens qui s'agitent ensemble autour de travaux et d'idées qui leur tiennent à coeur.

Personne n'a été invité nomément ! Pourquoi vous aurait-on invité, vous, particulièrement ?
Par mon commentaire, j'essayais juste de vous faire comprendre que, malgré vos dissenssions avec Isabelle (dont je suis très loin de connaitre et dont je ne veux pas connaitre les détails), et peut-être même à cause de ces dissenssions, si vous en éprouviez l'envie, il pouvait être profitable pour tout le monde que vous nous rejoigniez. Et je l'ai fait sans même en avoir parlé à Isabelle au préalable (oui, dans certaines occasions je peux faire preuve d'un sans gêne qui m'interloque moi-même).
Mais peut-être était-ce trop tôt ? Ou peut-être n'était-ce pas une bonne idée de toutes façons, hier ou aujourd'hui ? Je ne sais pas.

Ce que je crois savoir, par contre, c'est que si vous attendez qu'on vienne vous chercher nomément, particulièrement, pour participer à quoi que ce soit, alors vous et moi ne parlons pas de la même chose quand nous divaguons sur les pratiques "collaboratives".


Re: Re: Re: par Pierre Sternberger le Lundi 04/12/2006 à 17:10

Jo,

Ce doit être un vieux relent d'éducation désuette ! Non non, je suis assez d'accord avec vous et je dirais que oui, c'était peut être trop tôt, ce serait différent si cela devait se passer aujourd'hui


Re: Re: Re: par leblase le Lundi 04/12/2006 à 23:14

Ici, je crois, et j'appelle les habitué(e)s et les autres à venir infirmer ou confirmer mon impression, il n'y a pas "ceux qui invitent" et "ceux qui sont invités".

Il faut avouer que dans la plupart des blogs, si les gens s'invitent en effet sans y avoir été conviés, ils n'en demeurent pas moins en position attentiste vis-à-vis du taulier auto-institué Maître de cérémonie.

La prise de parole autonome, égalitaire, style "entrez sans frapper" tel qu'il se pratique ici ou dans deux ou trois autres lieux est encore assez rare.
Je remarque que comme toute nouvelle pratique elle crée aussi un nouveau code de conduite, qui dans ce genre de cas précis implique et exige presque que chacun soit conscient qu'il s'adresse à toutestous, et que toustoutes ont autorité à s'intégrer, sinsérer, se glisser dans la conversation.

Ainsi, plusieurs d'entre nous nous rendant compte qu'Isabelle et Pierre ont un passé relationnel comportant des gruaux, pourraient se contenter d'observer les échanges (de qualité heureusement) et éventuellement de compter les coups comme le font les Gauchos en Argentine lors de leurs défis poétiques;
rien de tout cela ici: nous tentons de rendre le verbe dynamique, sans propriétaire, sans droit d'auteur simplement parce que nous considérons au préalable que chacun respecte sa propre parole.
Quel peut en être l'avantage?
Il me semble que le fait de s'immiscer à plusieurs dans une conversation à deux autorise des débloquages insidieux et collatéraux.
en tous les cas, dédramatisant dans la mesure où le plus grand drame de l'Homme c'est l'ego.



Re: Re: Re: Re: par Jo le Lundi 04/12/2006 à 23:40

implique et exige presque que chacun soit conscient qu'il s'adresse à toutestous, et que toustoutes ont autorité à s'intégrer, sinsérer, se glisser dans la conversation

Un drame, l'ego ?
Pas forcément. Pas toujours.

Je crois bien que c'est ça !
Une dynamique qui demande à chacun(e) de prendre ses responsabilités.
Mais qui permet également d'espérer de tou(te)s une aide au "débloquage", à la dissolution, même partielle, des grumeaux.
Grumeaux qui n'existent pas forcément qu'entre deux individus, mais entre chacun(e) et certains aspects de la vie, comme la communication/collaboration, puisque c'est le sujet d'ici.


Re: Re: Re: Re: Re: par Jo le Mardi 05/12/2006 à 15:54

J'EN AI MARRE !!!

Jean-Luc, peut-être que tu sais pourquoi de temps en temps des paragraphes entiers de mes augustes commentaires changent de place tous seuls sans qu'on leur ait demander quoi que ce soit.
CA M'ENERVE !!!

Exemple : dans le comm ci-dessus, le paragraphe "Un drame, l'ego ? Pas forcément. Pas toujours." a été écrit en dernier ! et c'est l'autre pargaraphe ("je crois bien que c'est ça...") qui commente la citation !!!

Tel qu'il est là, ce comm ne veut rien dire... en tous cas certainement pas ce que j'essayais laborieusement d'exprimer.
Et je ne m'énerve pas contre toi ni stéphane.
Indice : ça arrive en général lorsqu'un paragraphe porte le style citation. je crois.

leblase : te souviens-tu dans quel ordre étaient les paragraphes dans le mail que tu as reçu ?


Re: Re: Re: Re: Re: Re: par jlb le Mardi 05/12/2006 à 16:36

Je ne sais que te dire, c'est strange, je dirais même que c'est difficile à croire, sans mettre évidemment en doute ta bonne foi, mais comment imaginer que cela puisse arriver : sauf une intervention administratrice, c'est inprogrammable ! Comment procèdes-tu : tu écris toujours tes commentaires ailleurs avant de les importer ici (avec cet affreux Tahoma) ? Il serait effectivement intéressant que Leblase puisse retrouver le courriel informant de ton commentaire pour voir ce que tu as posté. Là, ce qui s'affiche est conforme au code. En attendant, tu peux modifier ton commentaire pour qu'il se présente comme tu le voulais, nous ne sommes pas sur leblase.net...


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par Jo le Mardi 05/12/2006 à 16:59

Essaie donc de mettre en doute ma bonne foi, ma capacité à observer très précisément le comportement d'un outil informatique et à en rendre compte... et je pique ma première crise de nerfs bloguesque ! ;-DDD

Non monsieur, je ne copie/colle pas les commentaires de ce genre. Je les écris directement dans notre merveilleux éditeur. Les copié/collé depuis daubeWord, je les réservais aux commentaires fleuves que j'écrivais ailleurs et que je n'écris plus. C'était à l'époque où il fallait de temps à autres que je structure ma pensée, mais surtout pour que je puisse sauvegarder mon comm, pour éviter qu'un bug intempestif ne réduise à néant des kilomètres de kauneuries spontanées complètement inreproductibles.

Grosso modo je fé komm ssa :
1. J'écris tout (en times passkeu c'est la police par défaut dans mon daubeIE préféré)
avec éventuellement un copié/collé du texte cité dans le commentaire cible
2. Je passe tout en tahoma/10 (sélection avec ctrl+A pour ne rien oublier)
3. J'applique les format de police et de paragraphe (keu jé anvi)
Evidemment ça c'est le schéma général, je peux rectifier des trucs après relecture...
(Et on n'insulte pas tahoma s'il vous plait.)

PS : j'oubliais ! après je clique sur le bouton "valider" en bas à gauche... ;-DDD

PPS : celui-là je le laisse comme ça pour mémoire.

PPPS : Et heureusement que là-bas personne ne peut modifier ses commentaires... je n'ose imaginer, ne serait-ce que les débordements de mauvaise foi que ça rendrait possible ;-)


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par jlb le Mardi 05/12/2006 à 22:11

Bon, j'ai vérifié le fil RSS : c'est bien le texte actuellement affiché qui a été publié. Je pense que Leblase confirmera avec le courriel reçu. Il faut donc écarter l'intervention de l'un d'entre nous, certes autorisés mais qui ne nous autoriserions pas pour autant ce genre de facéties (ou alors vraiment pour assister à une première crise de nerfs bloguesque !). Il faudrait donc que ce soit survenu entre la mise en forme brouillon (c'est le cas de le dire !) et la publication. Or je pense que Stéphane à bien d'autres chats à fouetter. Il y avait bien le problème soulevé par Didier, d'une CSS différente pour le brouillon et la publication, mais cela concernait uniquement la police, pas les agencements des paragraphes. Encore une fois : ce n'est pas programmable. Je n'ai pas de pistes. Voyons si cela se reproduit. Toi seule peut nous le signaler...

PS : pourquoi t'ennuyer à appliquer cette hideuse Tahoma alors qu'il suffit de ne rien faire ? Tu ne peux pas t'empêcher de marquer ton passage !


Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: par Jo le Mardi 05/12/2006 à 22:21

En fait, je n'en parle que maintenant mais ce n'est pas la première fois que ça arrive. Et il me semble que c'est toujours lié à l'utilisation du style "citation".
D'habitude je m'en aperçois en relisant juste après la publication et je corrige. Là ça m'a échappé et c'est ce qui m'a mise en rogne. Mais, à moins que ça arrive à d'autres, n'en faisons pas un fromage...

Quant à "marquer son passage"...
Que veux-tu, les garçons font pipi aux quatres coins du territoire, les filles personnalisent les couleurs d'affichage de billy (coucou Olivier), moi j'écris en tahoma,... je croyais que tu étais pour la diversité des pratiques...


Lien croisé par Visiteur le Lundi 04/12/2006 à 12:29

TouraineBlogs - Des balades tourangelles au micro de Frédéric Belot : "difficultés rencontrées pour faire vivre et gérer la collaboration : "éférences entre initiés : mobylette, quart de Tours, joker, etc...Puisque l'on parle de la difficulté à se faire comprendre sur le net, je crois qu'il faut se méfier des discussions qui deviennent incompréhensibles pour les non initiés (ou alors il faut ouvrir un blog privé) et que l'abus de liens hypertextes ne nuit" rel="nofollow"


Lien croisé par Visiteur le Lundi 23/11/2009 à 15:33

Nouveau serveur et nouvelles offres sur ViaBloga : "difficultés rencontrées pour faire vivre et gérer la collaboration : "veau communiquer sur ce sujet, il pensait notamment à identifier les souscripteurs, une façon de les remercier et peut-être aussi de les inviter à commuiniquer sur leurs motivations. Personnellement je pense qu'il faut que cela corresponde à quelque chose, un projet spécifique, concret, pour la plateforme. Il y a un"